Ganjatlantide, tome 1 & 2

Bonjour tout le monde, je vous retrouve aujourd’hui dans un nouvel article où je viens vous parler d’une lecture que j’ai commencé il y a de cela plusieurs mois. J’avais d’abord lu le tome premier et j’ai récemment terminé le seconde tome d’une série de petit roman portant le nom de Ganjatlantide. Ecrit par Anthony Nigro et auto-édité, Ganjatlantide a pour vocation de donner le goût de la lecture à des personnes qui lisent peu ou pas du tout, les petits formats et l’humour plus que présent sont des éléments qui vont nous permettre de se plonger très rapidement dans l’intrigue. Il s’agit là d’une suite de plusieurs petits volumes dont l’auteur nous a très généreusement permis de découvrir les deux premiers tomes après avoir échangé avec lui. Un grand merci à lui. Passons maintenant au vif du sujet, pour commencer voici un bref résumé:

« Nous sommes en 225 avant notre ère, dans la Rome antique, où un jeune aventurier répondant au nom de Hannoy entreprend de partir à la recherche d’une cité perdue: Ganjatlantide. Financé par un riche seigneur romain, il réunit une petite équipe pour le moins… Farfelue. Mais très vite, des événements inattendus surviennent et la situation leur échappe. »

Je dois d’abord vous avouer que j’ai été de premier abord plutôt dérouté par le début de cette première partie, nous nous retrouvons confronté à un texte dont la mise en page est similaire à celle d’une pièce de théâtre. Le langage et les termes employés sont peu adapté à l’époque visité dans l’histoire. Mais passé les premières pages, on comprend très vite que c’est en réalité le côté burlesque qui est mis en avant ici. Les péripéties et les vannes s’enchaînent, donnant tout de suite un rythme très soutenu à cette histoire à laquelle on croit à peine au début. Mais ça marche très bien, ma lecture a été ponctué à de nombreuses reprises de rire à peine contenu, je l’avoue. Je me suis laissée aller à cette lecture trépidante et sans prise de tête, et sans m’en rendre vraiment compte j’avais déjà dévoré la moitié de ce livre. La mise en page vient servir l’histoire pour justement appuyer davantage sur les scènes humoristiques ou sur les actions (plus ou moins glorieuses) que subissent les personnages. Les échanges entre les différents protagonistes qui sont mis en avant.

Parlons-en des personnages, ils sont ici très caricaturés et très différentiables les uns des autres. J’ai beaucoup aimé les personnages de Hannoy (Le héros) et Tibus (Le jeune blasé en permanence), ils m’ont beaucoup fait rire. En ce qui concerne l’intrigue, elle est bien remplie, il se passe beaucoup de chose dans un seul livre (qui contient environ une centaine de page), cette vitesse ne nous laisse justement pas le temps de s’ennuyer.

La lecture aura été agréable dans tous les cas bien que je ne sois pas un adepte du genre, de temps en temps ça passe bien! Je recommande largement cette lecture à ceux qui auront aimé lire ou écouter le donjon de Naheulbeuk.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s