Une braise sous la cendre de Sabaa Tahir

Bonjour tout le monde, je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler d’une de mes dernières lectures. Il s’agit du premier tome d’une saga dont on entend beaucoup parler en ce moment sur les réseaux sociaux. Une braie sous la cendre de Sabaa Tahir. Le livre est édité chez PKJ.


[Laia est une esclave. Elias est un soldat. Aucun d’entre eux n’est libre.  Sous l’Empire Martial, la défiance est synonyme de mort. Ceux qui ne dédient pas leur sang et leur corps à l’Empereur risquent l’exécution des personnes qu’ils aiment et la destruction de tout ce qui leur est cher. C’est dans ce monde brutal, inspiré de la Rome ancienne, que Laia vit avec ses grands-parents et son frère aîné. Sa famille survit comme elle peut dans les allées sombres et pauvres de l’Empire. Ils ne défient pas l’Empire. Ils ont vu ce qui arrive à ceux qui osent le faire. Mais quand le frère de Laia est arrêté pour trahison, Laia doit prendre une décision. En échange d’aider les rebelles qui ont promis de secourir son frère, elle doit risquer sa propre vie pour jouer les espionne à l’intérieur même de la plus grande académie militaire de l’Empire. Là-bas, Laia rencontre Elias, le soldat le plus doué de l’école – et secrètement, le plus réticent. Elias ne veut qu’une chose : se libérer de la tyrannie qu’il se doit d’appliquer de par sa formation. Lui et Laia réalisent rapidement que leurs destinées sont étroitement liées, et que leurs choix pourraient bien changer le sort même de l’Empire.]


cof

 Je dois d’abord vous dire que j’ai lu ce roman de 528 pages en moins de 24 heures, malgré le boulot et les tâches du quotidien. C’était addictif. Sans pour autant être un coup de cœur, cette lecture a su me tenir en haleine du début à la fin. L’action démarre dès les premières pages et même si il faut à l’auteur plus d’une centaine de pages pour réellement déposer le décor et nous faire découvrir son univers, on prend plaisir à le découvrir. Univers d’ailleurs très intéressant bien que déjà vu sur certains point, cela n’a pas gâché mon plaisir, ce qui est une très bonne chose.

« La vie n’est pas toujours ce que l’on pense qu’elle sera, dit Cain. Tu es une braise sous la cendre, Elias Veturius. Tu vas provoquer une étincelle et brûler, ravager et détruire. Tu ne peux pas l’empêcher. »

On retrouve ici une histoire difficile, violente par moment et la situation désespérée auxquels font face nos héros nous aide à les apprécier davantage. En parlant des héros de cette intrigue, j’ai trouvé Laia, Helene et Elias très touchant, chacun à sa façon. La première est très courageuse, elle perd du jour au lendemain son confort, sa vie de famille pour se retrouver propulser en enfer. Elle est prête à tout pour expier sa faute. Elle va énormément grandir dans ce tome, elle est courageuse et téméraire, elle est en difficulté et éprouve des regrets, elle est à la fois humaine et réaliste. Helene et Elias se connaissent depuis moult années, ils sont inséparables et meilleurs amis. Tandis qu’Helene suit les règles et se fond complètement dans le moule que lui impose Blackcliff et l’empire, Elias lui, rechigne à suivre ses principes dans lesquels il ne voit que mépris et cruauté. Il cherche un moyen de s’extirper de cette voie qu’il n’a pas choisi. Ce duo est aussi très attachant, ils se retrouvent confrontés à des situations difficilement supportables et ils s’aident mutuellement. J’ai aimé ces trois personnages qui sont diamétralement différents mais qui se complètent très bien aussi d’une certaine façon. Ils ont tous leurs points forts et faibles. En ce qui concerne l’antagoniste de l’histoire, j’en ai eu des frissons tant elle est cruelle, sans pitié et débarrassé de toutes émotions. Tout est calculé à l’avance et rien n’est laissé de côté, elle est dotée d’un charisme démentiel et je suis curieuse d’en savoir plus sur son parcours. Affaire à suivre.

Il y a dans cette lecture une plume facile à ingérer, légère et simple mais efficace. Les descriptions et le poids des mots choisis font leur petit effet. Ajouter à cela un rythme tantôt effrénés, transitoire ou plus calme, vous aurez de quoi être tenu en haleine jusqu’à la dernière phrase du roman.

« Laia. Tu es pleine de vie, de noirceur, de force et d’esprit. Tu fais partie de nos rêves. Tu brûleras, car tu es une braise sous la cendre, c’est ton destin. Etre espionne de la Résistance, ce n’est qu’une infime partie de toi. Ce n’est rien ».

Beaucoup de qualité ici, je le conçois. Des ombres au tableau?! Même si j’ai adoré, ce n’est pas un coup de cœur mais pourquoi ? De nombreux points de l’intrigue ont déjà été vus et revus, bien que cela ne gâche en rien mon plaisir, il était facile de deviner certaines scènes et de les appréhender avec beaucoup moins d’excitation. Forcément. Une ou deux petites longueurs, détail minimes si l’on tient compte du pourcentage d’action contenu dans ce livre. Et comme souvent, j’aurai aimé en savoir plus sur le monde dans lequel évoluent nos personnages. On en apprend un peu mais j’espère être davantage rassasié avec les prochains volumes.

Je lis actuellement le second volume que je dévore avec moins d’entrain que le premier compte tenu de mon planning plutôt chargé. J’ai déjà hâte d’avoir le tome 3 entre les mains. Patience. Sur ce, je vous dis à très bientôt et vous souhaite une belle journée (ou fin de journée au choix).

One Reply to “Une braise sous la cendre de Sabaa Tahir”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s